Comment les crypto actifs peuvent aider les entreprises Européennes à rappatrier leurs profits en Afrique

Comment les crypto actifs peuvent aider les entreprises Européennes à rappatrier leurs profits en Afrique

L’Europe et l’Afrique sont des partenaires particuliers et la problématique de rappatriement des profits est bien connue des entreprises Européennes qui opèrent en Afrique. Les montants étant relativement très élevés, ils font l’objet d’un contrôle par les Banques Centrales.

Ainsi les délais peuvent s’étendre sur des semaines voire des mois, en particulier dans la zone FCFA CEMAC dans un contexte de « crise des devises » persistante. Une situation qui tend à limiter les investissements étrangers malgré les politiques gouvernementales favorables.

Télécharger l’application Kamix pour Android.

Icône de tétéchargement sur google play.

Une origine: la chute des cours du pétrole, mais pas que…

Le cours du pétrole est largement pointé du doigt d’autant plus que la CEMAC est la communauté régionale la plus dépendante sur le continent. C’est donc de plein fouet qu’elle a subit la chute des cours du pétrole entamée à la mi-2014. En effet, seul le Cameroun bénéficiant d’une économie assez diversifiée , 5 pays sur 6 y sont pétro dépendants: la Guinée équatoriale, le Gabon, le Tchad, la République Centrafricaine et le Congo Brazzaville.

En Guinée équatoriale, premier producteur d’or noir de la zone, le manque de devise est particulièrement sensible. Le gouvernement avait du demander 633 millions d’euros d’avance statutaire à la BEAC, soit 45% du total alloué par la BEAC à la sous-région. Un cas unique depuis la découverte de ses réserves de pétrole en 1997! Beaucoup de bureaux de sociétés étrangères ont déjà fermé selon Thibaut Bidet, le chef du pôle macro-économique et financier du service économique de l’ambassade de France au Cameroun.

Par ailleurs, une analyse plus fondamentale de la politique de la BEAC à travers le triangle d’incompatibilité de Mundell permet d’appréhender un aspect plus systémique de la situation, indépendamment du cours du pétrole.

Une situation qui persiste malgré l’aide du FMI: vers une dévaluation du FCFA?

Afin d’éviter une pénurie extrême, plusieurs pays ont sollicité et obtenu l’aide du FMI, privilégiant un ajustement budgétaire plutôt qu’un ajustement monétaire, synonyme de dévaluation du FCFA comme celle subie en 11 janvier 1994 par décision du gouvernement français d’ Edouard Balladur. 

Il est important de préciser que le spectre d’une dévaluation du FCFA suscite des craintes, tant au niveau des gouvernement qui s’y opposent, qu’au niveau des populations qui en gardent un souvenir douloureux du dernier épisode. 

En effet après avoir suspendu dès le 2 août 1993 le change de billets de francs CFA, Édouard Balladur avait divisé par deux la valeur du franc CFA (100 francs CFA = 1 franc français). Il en avait résulté une baisse immédiate du pouvoir d’achat en Afrique Francophone, les citoyens étant habitués à consommer des produits d’importation.

Les perspectives ne sont pas évidentes. D’une part, les analystes doutent que les cours retrouvent leurs niveaux de 2010. D’autres part, la production décline sans que la diversification des économies progresse réellement.

Une BEAC vigilante et déterminée à prendre les mesures qui s’imposent

En plus de l’aide du FMI, la BEAC a eu la vigilance de mettre la pression sur les banques commerciales afin qu’elles rappatrient leurs devises sur son compte d’opération.

Rappelons que l’un des principes fondamentaux du fonctionnement du FCFA reste la centralisation des réserves de change. Or certaines banques sont accusées d’avoir pris des libertés avec la règle du jeu. Elles préfèreraient conserver les devises à l’étranger pour faciliter leurs opérations, ou éventuellement trader sur le FOREX.

Il est estimé que le montant des devises ainsi en sommeil à l’étranger représente le montant des réserves de la BEAC. Les mesures prises auraient permis de reconstituer des réserves équivalentes à 3 mois d’importations. Une couverture jugée encore faible, et qui ne laisse surtout pas la possibilité d’un strict rappatriement de capitaux pour les entreprises Européennes.

Les crypto actifs à la rescousse des entreprises Européennes en Afrique?

Kamix a développé un modèle économique innovant basé sur la technologie blockchain afin de venir en aide aux opérateurs économiques affectés par la situation de contrôle des capitaux.

Le modèle économique de Kamix  reste 100% conforme à cette situation qui s’impose de manière absolument nécessaire pour éviter le pire, grâce à la vigilance de la BEAC.

Dans ce modèle, il n’y a aucune sortie de devises. Néanmoins les opérateurs économiques peuvent régler leurs fournisseurs à l’étranger ou rapatrier leurs profits sans risque, de manière simple et économique, et dans des délais de l’ordre de 72h. Et surtout, sans violer aucune règle de contrôle des capitaux!

En fin de compte, le modèle rassure et encourage les investissements étrangers qui créent un flux entrant des devises tant recherchées en ce moment.

Pour en savoir plus, prenez contact avec nous dès aujourd’hui.

Télécharger l’application Kamix pour Android

Icône de tétéchargement sur google play.